Bonté divine ! …

1354895_97706322Quant au fruit de l’Esprit, c’est : amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, douceur, maîtrise de soi ; aucune loi n’est contre de telles choses. (Galates 5:22-23)

Chaque « quartier » du fruit de l’Esprit est une expression de l’amour de Dieu répandu dans le cœur du croyant1, une qualité transformante que l’Esprit développe en lui. La bonté est ici en bonne place, nichée entre patience et bienveillance.

Divine

Les auteurs bibliques ne dissocient pas la bonté de Dieu de tous les autres attributs de sa personne car ils forment justement ensemble sa bonté parfaite. Ainsi, Dieu répondant à une requête de Moïse se présente à lui par ces mots : L’Éternel, l’Éternel, Dieu miséricordieux et compatissant, lent à la colère, riche en bonté et en fidélité (Ex 34:6).

Aimer l’autre comme soi-même, n’est-ce pas le considérer comme sujet existant en lui-même plutôt que comme objet utilisable, exploitable, « accaparable » ?

Dire que Dieu est riche en bonté souligne sa générosité, le fait qu’il dispense le beau, le bon, le bien gracieusement sur toute sa création, sur tous les hommes qu’ils lui soient favorables ou pas2. La bonté de Dieu, c’est aussi tout le bien particulier, délivrance, soutien et protection, qu’expérimentent celles et ceux qui forment son peuple, qui se confient en Lui3.

Rassurante

Oh ! Combien est grande ta bonté, que tu tiens en réserve pour ceux qui te craignent, que tu exerces envers ceux qui trouvent en toi un abri, en face des humains ! (Ps 31:19)

La bonté de Dieu est source de bonheur pour ses enfants4. En effet, s’il faisait usage de sa toute puissance pour nous abuser à la manière d’un tyran, quelle sécurité connaîtrions-nous ? C’est justement en raison de ses autres qualités, et parmi elles la bonté, que le Dieu qui se révèle à nous dans l’Écriture est rassurant au-delà de tout. Il se montre attentionné au bien-être de sa création. Nous en voyons les premières preuves dans le récit de la création où Dieu s’assure étape après étape que tout ce qu’il crée est bon avant d’y insérer l’homme5. Jésus, dans son dialogue avec l’homme riche, soulignera la perfection sans égale de la bonté de Dieu (Mc 10:18) Personne n’est bon, sinon Dieu seul.

Humaine ?

Comment nous étonnerions-nous alors de voir la bonté au rang des quartiers du fruit de l’Esprit ? La graine ne saurait produire un autre fruit que celui qu’elle porte en elle-même. La bonté, comme les autres quartiers du fruit goûteux de la grâce, est une disposition qui qualifie clairement notre relation aux autres. S’il n’est question que d’un fruit, ses saveurs multiples se mêlent subtilement, les unes soutenant, complétant les autres et formant ensemble le goût de l’amour que Paul décrit au chapitre 13 de sa première lettre aux Corinthiens.

Choisir toutes les voies que suggère la bonté dans nos rapports avec autrui, c’est fondamentalement répondre positivement à la bonté que Dieu lui-même nous manifeste

La bonté est ce caractère agissant qui naît du regard de l’amour. Aimer l’autre comme soi-même, n’est-ce pas le considérer comme sujet existant en lui-même plutôt que comme objet utilisable, exploitable, « accaparable » ? Donner priorité à la bonté dans ma relation au prochain, me fait alors rechercher sa joie, transférer sur lui – cet autre moi-même – mon désir profond de bonheur. La bonté est d’abord être avant de se faire geste, vie intérieure avant d’être mouvement.

Comme le dit l’apôtre, la Loi ne saurait s’opposer à de telles dispositions. En effet, quiconque vit et dispense ces qualités depuis le plus profond de son cœur, n’est plus en train de s’appliquer à respecter des obligations religieuses, il est véritablement conduit par l’Esprit Saint, guidé par Dieu qui produit en lui le vouloir et le faire6.

Oui, l’Esprit développe dans le cœur acquis au Christ cette bonté qui jaillit du cœur de Dieu pour que d’autres cœurs soient touchés. La bonté est à la fois renoncement à faire le mal et mise en œuvre de l’amour7. C’est cette bonté que nous relayons en appelant tout homme à la réconciliation avec Dieu8.

Reconnaissante

Autrefois, en effet, vous étiez ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. Vivez comme des enfants de lumière ; car le fruit de la lumière consiste en toute sorte de bonté, de justice et de vérité. (Ep 5:8-9)

Cette bonté que l’Esprit développe en nous est une expression de notre amour pour Dieu et pour les autres, notre reconnaissance d’avoir été aimés premièrement.

Ajoutons enfin qu’elle rend quand même la vie bien plus agréable

Soyez bons les uns envers les autres, pleins d’une tendre bienveillance ; faites-vous grâce, comme Dieu vous a fait grâce dans le Christ. (Ep 4:32)

Choisir toutes les voies que suggère la bonté dans nos rapports avec autrui, c’est fondamentalement répondre positivement à la bonté que Dieu lui-même nous manifeste. Ajoutons enfin qu’elle rend quand même la vie bien plus agréable.

L’auteur:

Thierry Bullant est pasteur de l’EEL d’Avignon.

Retrouvez les autres études de cette série:

Introduction

L’amour

la joie

La paix

La patience

1 Rm 5:5

2 Ps 145:9

3 Ex 18:9 ; Ps 34:8

4 2 Co 6:41 ; Ps 23:6 ; 27:13-14

5 Gn 1:1 Tm 4:4

6 Ph 2:13

7 Am 5:15; Pr 25:21-22; Lc 6:27, 35; Rm 12:17

8 2 Co 5:20

À propos Jérémie Chamard

Jérémie Chamard est pasteur de l'EEL de Bouffémont.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!