Des relations saines dans un corps saint

couleurs« Que Dieu, source de toute patience et de tout réconfort, vous donne de vivre en plein accord les uns avec les autres, conformément à l’enseignement de Jésus-Christ. » (Romains 15.5)

Avez vous déja fait de la purée de pommes de terre ? Prenez quelques patates bien fermes, ôtez la terre qui reste, épluchez-les, faites les cuire dans de l’eau bouillante, rajoutez du lait et passez au mixer. Dieu veut que nous soyons, en tant que corps du Christ, semblables à une purée de pommes de terre. Car tant que nous n’avons pas ôté la terre du péché, tant que nous ne sommes pas débarrassés des couches du passé, tant que nous ne sommes pas passés par le feu de la purification et tant que nous ne serons pas passés par le mixer qui fait de nous Un, nous ne pourrons pas nous considérer comme un corps. Prenez une purée et essayez de distinguer la pomme de terre originale. Vous n’y arrivez pas ? Et dans l’église sommes nous Un comme Jésus le désire ? « Je te demande qu’ils soient tous un. » (Jean 17.21)

L’Église est aussi semblable à une peinture dont on aurait mélangé les différentes couleurs pour arriver à un résultat supérieur à la somme des ingrédients de base. Pour arriver au niveau d’exigence du Royaume de Dieu, l’unité du corps, il nous faut passer par un apaisement des relations dites fraternelles. Paul dit aux Romains que son plus grand désir est « qu’ils vivent en plein accord les uns avec les autres, conformément à l’enseignement de Jésus Christ ». C’est le commandement d’amour dont il est question : nous devons nous aimer les uns les autres, même quand nous sommes en désaccord entre nous. Surtout quand nous sommes en désaccord. Il est facile d’aimer ceux qui sont aimables, plus difficiles d’aimer ceux qui nous ont offensés.

Cela passe par une étape essentielle et malheureusement trop souvent oubliée : notre sanctification personnelle qui elle-même va nous amener au pardon. Car Jésus dans la prière du Notre Père nous rappelle que notre propre pardon dépend de celui que nous accordons nous même à ceux qui nous ont fait du mal.

Alors pardonnons de tout notre coeur et acceptons d’être « mixés » avec les autres pour devenir une bonne purée, faisant corps avec les autres croyants

À propos Patrick Tichadou

Patrick Tichadou est pasteur de l'EEL du Pays de Crussol

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!