Enfoirés de réac ?

EnfoirésIl paraît que la dernière chanson des Enfoirés est anti-jeunes et réac ! Imaginez, ils osent dire aux jeunes : « A vous de jouer, mais faudrait vous bouger » ! Quel scandale ! Pire, elle laisse entendre que les jeunes d’aujourd’hui peuvent parfois avoir des préoccupations vénales : « Aujourd’hui j’envie tellement ta jeunesse – Quel ennui, je l’échange contre ta caisse ! »

Et la polémique a enflé dans les médias, gagnant jusqu’aux intellectuels, tel Jacques Attali déclarant : « J’ai toujours détesté les Enfoirés. Leur dernier clip est un monument de vulgarité et de haine des jeunes ». Rien que ça… A tel point que Jean-Jacques Goldman, l’auteur de la chanson, a dû s’expliquer ! Heureusement, il l’a fait avec humour dans une vidéo diffusée dans Le Petit Journal sur Canal+.

Evidemment, la chanson n’a pas une profondeur philosophique abyssale… Mais elle met en scène un choc des générations qui ne date pas d’hier, évoquant l’incompréhension entre les « vieux » et les « jeunes ». Les jeunes, désenchantés, reprochent aux vieux de leur laisser un monde sans espoir. Les vieux trouvent que les jeunes devraient plus se prendre en main. D’ailleurs, je n’ai pas l’impression que la chanson veuille prendre parti pour les vieux contre les jeunes… Mais voilà. la chanson a été déclarée réac… La preuve, sur Youtube, il y a plus de « J’aime pas » que de « j’aime ». Si ce n’est pas une preuve que la chanson est réac, ça ! 

On a l’impression qu’aujourd’hui, réac est presque devenu une insulte suprême. C’est en tout cas, surtout dans le contexte actuel, l’étiquette qu’on colle à toutes les religions. Je me sens donc un peu visé… Pensez donc : se référer à la Bible, un texte vieux de 2000 ans et plus ! Rester attaché à certaines valeurs traditionnelles : la famille, le mariage, la fidélité… J’imagine que certains me diront réac. Tant pis ! 

En tout cas, c’est bien dommage de percevoir la foi comme une attitude réac. Même si j’ai bien conscience que nombre de croyants tendent parfois le bâton pour se faire battre. Je l’avoue, je trouve aussi que certains de mes frères et soeurs chrétiens sont parfois réac… J’espère, pour ma part, l’être le moins souvent possible ! Par contre, le Christ ne l’était certainement pas ! Ce n’est pas l’image que nous en donne l’Évangile. A nous, ses disciples, de prouver que nous ne méritons pas cette étiquette, par une foi vivante, décomplexée, une foi pertinente pour les jeunes et pour les vieux d’aujourd’hui !

À propos Vincent Miéville

Vincent Miéville est pasteur de l’EEL de Toulouse et président de la commission synodale de l’UEEL.

Un commentaire

  1. Marc De Micheli

    Entièrement d’accord avec toi Vincent.
    Moi aussi, je l’avoue, je trouve que certains de mes frères et soeurs chrétiens sont parfois réac…
    Moi aussi, j’espère, l’être le moins souvent possible !
    Moi aussi je pense que même si il a vécu il y a plus de 2000 ans, le Christ ne l’était certainement pas !
    Par contre je constate que son dialogue avec les réac de son époque c’est assez mal terminé !
    Le côté ridicule de cette polémique semble montrer qu’il en est de même aujourd’hui et que la seule solution est l’affrontement.
    Je me trompe ?

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!