Etrangers dans la cité

9782204105699-56c31e332be8dStanley Hauerwas & William H. Willimon Editions du Cerf, 2016

« Le livre de théologie vendu à 1 million d’exemplaires » ! Ainsi est annoncé cet ouvrage, point vraiment récent puisque sa première publication remonte à 1989, mais réédité en anglais 25 ans après sa sortie, et maintenant traduit en français.

Il est vrai que l’auteur – théologien méthodiste, enseignant à la faculté de théologie Duke en Caroline du Nord – ne mâche pas ses mots, et que sa remise en cause de certaines positions des Eglises chrétiennes a certainement une réelle pertinence pour aujourd’hui ! Lorsqu’il écrit de ses concitoyens pratiquants «en Amérique du Nord, les gens ont absorbé juste assez de christianisme pour être immunisés contre la foi chrétienne elle-même », ne pourrait-il en dire autant de nos Eglises en occident ?

Pour lui, l’Eglise ne devrait pas tenter de réformer la culture séculière qui l’entoure, mais s’atteler à vivre vraiment l’Evangile, individuellement et surtout en communauté. Ce n’est que lorsque l’Eglise incarne le scandaleux message christo-centrique qu’elle est vraiment le Corps du Christ et peut à la fois nourrir les attentes de ses membres et transformer le monde. Ce livre débat donc de la nature de l’Eglise et de sa relation à son environnement culturel et politique. Les chrétiens devraient ne pas craindre de se considérer comme « étrangers dans la cité ». C’est en affichant clairement une façon de vivre fondée sur une adhésion profonde à la vie, la mort et la résurrection du Christ qu’ils peuvent apporter un message convaincant au monde.

L’analyse part du contexte américain, et tout ne s’appliquera sans doute pas à notre situation de protestants français, minoritaires, et peut-être moins enclins à nous laisser séduire par les valeurs de notre société non croyante. Et parfois les propos de l’auteur sont si radicaux qu’ils risquent de nous rebuter un peu – comme lorsqu’il dénigre toutes les bonnes mesures prises pour l’intérêt général sous l’inspiration de la foi chrétienne (dans le domaine des droits de l’homme, de la justice, etc.).
Mais nous avons là une réflexion stimulante, comme l’écrit aussi l’auteur dans la postface de la réédition : « une tentative d’inviter l’Eglise à être et rester en tension avec le monde pour pouvoir être fidèlement au service du monde. »

 

À propos Mireille Boissonnat

Mireille Boissonnat est membre de l’EEL de Paris-Alésia.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!