J’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie (Jean 10.16)

bergerJésus s’adresse à la foule : qui devrait-elle écouter ? De nombreux bergers disent « suivez-moi ». Ils ont le langage religieux adéquat pour capter l’attention. Ils sont à la mode, dans l’air du temps. Mais un seul est le Messie, le Christ envoyé par Dieu pour apporter Son pardon, Sa lumière, Son salut, Sa guérison. 

Comment ne pas se tromper ? Suivre le faux berger nous berce d’illusions mais nous prive des soins du vrai Berger.
Jésus se présente : Je suis le bon berger (Jn 10:11). Sa bonté le distingue. Pas de projet lucratif en tête. Les faux bergers savent tirer leur épingle du jeu. Quand cela tourne mal, ils sauvent leur peau. C’est le seul salut qu’ils aiment.
Jésus vient combler notre besoin d’amour, quitte à perdre la vie pour sauver celui qui est en danger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis (Jn 10:11). Son amour ne diminue pas face à la souffrance. Il se réjouit d’aimer avec efficacité.

Mais sa joie est assombrie : j’ai encore d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie. Le Bon Berger pense aux autres. Brebis errantes, perdues, isolées, en danger, coupables. De faux bergers leur ont appris le « plaisir roi », « seulement ne te fais pas prendre », « pas besoin de penser à demain », « cela n’arrive qu’aux autres » …

En recevant le salut de Jésus-Christ nous avons commencé à le suivre. Où va-t-il ? Il part à la recherche des brebis perdues. Le suivons-nous dans cette noble tache ? Elles sont errantes, blessées. Disons-leur l’amour de Jésus. Il nous précédera. Il sera présent dans la discussion. Il mettra ses paroles dans notre bouche. Il se révélera à elles.
Jésus a encore d’autres brebis, fortifions-nous et suivons-le.

À propos Jean-Claude Renouard

Jean-Claude Renouard est pasteur de l'Eglise protestante libre de Strasbourg, Eglise associée à l'UEEL

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!