La paix, celle qui est une vertu du fruit de l’Esprit (Galates 5:22)

peaceLa Paix dont cette étude fait l’objet est bien celle contenue dans le fruit de l’Esprit. Comme il a été dit précédemment, elle est indissociable des autres vertus signalées. Mais il convient de la définir. Or, en matière de paix par exemple, force est de constater qu’elle est souvent recherchée hors du cadre du fruit de l’Esprit.

 « Je vous donne ma paix, je ne vous donne pas comme le monde donne » (Jean 4:27)

N’arrive t-il pas parfois d’user de cette formule cinglante « Fiche-moi la paix ! »… Mais qu’en est-il alors de la douceur, de l’amour, de la joie… qui habite celui ou celle qui parle ainsi ? Sans parler de l’état dans lequel se trouve alors la personne interpellée !…

Combien de fois est-il arrivé que l’on cesse les combats sans pour autant vivre d’une paix rassurante ? La guerre de cent ans en est un exemple avec ses multiples trêves. Le simple fait de signer un armistice l’est également… Celui du 11 novembre 1918 par exemple a certes permis de cesser les hostilités mais il va falloir attendre le 28 juin 1919 (le saviez-vous ?) pour signer le traité de paix de Versailles… et même de nombreuses années pour que les peuples, un temps ennemis, puissent entrevoir la possibilité d’unir leurs efforts pour une meilleure qualité de vie.

Ne confondons donc pas nos désirs avec la réalité d’une vie inspirée par l’Esprit de Dieu, nos désirs de tranquillité avec une réelle réconciliation, un réel exercice du pardon…

Paul écrit également aux Thessaloniciens pour les mettre en garde contre une vie en apparence tranquille, qui semblerait porteuse d’espoir pour l’avenir mais qui ne repose pas sur une analyse juste des événements : « Quand les hommes diront : Paix et sureté ! Alors une ruine soudaine les surprendra » (1 Thessaloniciens 5:3).

 Sous quelle influence sommes-nous ?

Ne confondons donc pas nos désirs avec la réalité d’une vie inspirée par l’Esprit de Dieu, nos désirs de tranquillité avec une réelle réconciliation, un réel exercice du pardon, des relations édifiantes et fortifiantes pour chacun des partis.

Le fruit de l’Esprit n’est pas le fruit de notre imagination ou de nos efforts. Il est issu du cœur de Dieu, la troisième personne de la trinité nous le révélant comme une évidence. Nous avons des attentes dans de nombreux domaines, y compris celui de vivre en paix les uns avec les autres, mais comment procédons-nous pour qu’elles soient comblées ? Qu’est-ce qui est premier ? Notre volonté indépendamment de celles des autres ou la volonté de Dieu ? « Vous couriez bien : qui vous a arrêtés, pour vous empêcher d’obéir à la vérité ? Cette influence ne vient pas de Celui qui vous appelle. » (Galates 5:7-8). Il est bon de se poser la question de ce qui gouverne nos pensées, de ce qui risque de peser un peu lourdement sur nos choix au point de ne plus nous sentir libres. « C’est pour la liberté que Christ vous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude » (Galates 5:1).

Ce ne sont pas nos tentatives, certes, pour un temps, parfois heureuses, pour bien vivre ensemble qui doivent masquer l’œuvre de l’Esprit Saint. Bien au contraire une soumission à l’Esprit de Dieu, individuelle et collective est capitale. C’est sur des personnes repentantes, qui reconnaissent en Jésus-Christ la source de leur vie que l’Esprit peut accorder ce fameux fruit si bon et agréable pour une vie de relations à la gloire de Dieu et pour le bonheur de chacun. « Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs » (Galates 5:24, verset qui suit la présentation du fruit de l’Esprit).

Le prince de la paix (Ésaïe 9:5), le Seigneur de la paix (2 Thessaloniciens 3:16), celui qui est notre paix (Éphésiens 2:14) a la volonté de nous faire savourer cette paix. « Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi par l’Esprit. Ne cherchons pas une vaine gloire ! » (Galates 5:25-26)

Retrouvez les deux premières études de cette série:

Introduction

L’amour

Auteur :

Guy Delarbre pasteur des EEL à Bergerac

À propos Jérémie Chamard

Jérémie Chamard est pasteur de l'EEL de Bouffémont.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!