Le grand chambardement – (1) Celui qui bouleverse l’Histoire 

AventCette méditation est la première d’une série de quatre méditations sur le temps de l’Avent, avec pour fil rouge : le grand chambardement.

« Dieu nous a donné la vie éternelle, … cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie ; celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. » (1 Jean 5.11-12)

L’Avent peut nous aider à retrouver ce qui devrait nous rendre joyeux en tout temps. La Bonne nouvelle a éclaté une nuit à Bethlehem : « un sauveur vous est né ! » Christ est venu et il est devenu à lui seul le grand chambardement de Dieu dans l’histoire des hommes.

Que serait le monde sans le Christ ? Quid de pièces majeures de grands compositeurs classiques ? Certaines institutions n’existeraient sans doute pas non plus. Exit les hôpitaux, la Croix rouge, Emmaüs; l’université de Harvard. Qu’aurait donc écrit Paul Claudel et tant d’autre s? Plus surprenant qu’en aurait-il été de ceux qui ont fait de l’anticléricalisme et du laïcisme leur fonds de commerce. Et puis, il y a tous ces anonymes de la foi qui ont changé quelque chose de ce monde simplement parce qu’ils ont voulu conformer leurs actes à ceux du Christ. Cela donne le vertige quand on y pense. L’Histoire humaine serait différente. Même notre formulation du temps puisque la naissance supposée du Christ sert de pivot à notre calendrier. Il n’y aurait pas de Noël – pas de cadeau symbolique du plus grand cadeau que Dieu nous ait fait, pas de vacances et pas de fête. Que serais-je ? Où serais-je ? Et vous ?
Le monde se serait sans doute enfoncé un peu plus dans la souffrance. Ni les aveugles, ni les boiteux, ni les sourds n’auraient connu l’espérance. Le trou béant de la tombe serait la seule issue finale possible car ce serait un monde sans foi. Les opprimés n’auraient aucun espoir de libération. Y aurait-il des codes moraux, des valeurs éthiques suffisamment étendues pour assurer un minimum d’équilibre dans les relations humaines. Cela fiche la trouille, non ?

Jésus est venu et cela a tout changé ! Nous avons une autre conception de la paix, de la joie et de la vie.

« Je suis venu pour que mes brebis aient la vie et qu’elles l’aient en abondance. » (Jean 10.10 )

Une certaine enseigne signait : « la vie, la vraie ! » Mais si la vraie vie ne se trouvait ni dans le plaisir, la performance, les possessions ou les poursuites de rêves. Et si la vie, la vraie ne se trouvait que dans la personne de Jésus-Christ et ce qu’il a voulu nous communiquer ?

À propos Thierry Bulant

Thierry Bulant est pasteur de l'EEL d'Avignon

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!