L’homme qui répare les femmes : la colère d’Hippocrate

afficheDocumentaire belge, réalisé par Thierry Michel et Colette Baeckman, avril 2015

Bouleversant, ce film vous fait repartir chez vous fasciné par le pays magnifique qui y est dépeint – la République démocratique du Congo, RDC – et révolté jusqu’à la nausée par la perversité dont les hommes sont capables. Colère et haine envers les marchands d’armes qui donnent aux criminels leur sentiment d’impunité. Colère et mépris pour ces militaires de tous bords qui se servent du corps des femmes pour marquer leur territoire. Colère et sentiment d’impuissance contre les multinationales qui pillent les ressources du Kivu, la région nord-est de la RDC, suscitant ainsi toutes les pires cupidités. Colère et honte aussi devant ma rébellion stérile, et à l’idée qu’en utilisant un téléphone portable je contribue à mon échelle à ce tragique gâchis !

Mais ce film est aussi porteur d’un message d’espoir en la personne du Dr Denis Mukwege auquel il rend hommage. Ce chirurgien gynécologue congolais, amoureux de son pays, se bat pour rendre aux centaines de femmes violées et horriblement mutilées par les soldats de toutes les milices assaillant cette région leur intégrité, tant physique que psychologique et morale. Cela fait plus de vingt ans que ces horreurs se perpétuent. Sans aucune réaction digne de ce nom. Alors aujourd’hui, au-delà du bloc opératoire où il continue bien sûr d’œuvrer, le médecin cherche à alerter l’opinion internationale. Ses efforts ont été récompensés du prix Sakharov pour la liberté de l’esprit 2014 décerné par le Parlement européen. Il poursuit son combat malgré les tentatives d’assassinat qui l’ont amené à faire se réfugier sa famille en Europe. Lui-même vit dans l’hôpital Panzi qu’il a créé à Bukavu, escorté en permanence par un détachement militaire de l’ONU. Il ne baisse pas les bras, son engagement est soutenu par une profonde humanité, une foi authentique aussi, et la rage de faire reculer le mal en mettant toutes ses compétences dans la balance. Un superbe exemple !

À propos Mireille Boissonnat

Mireille Boissonnat est membre de l’EEL de Paris-Alésia.

Un commentaire

  1. BAUER Patrick

    A Strasbourg, aucune salle de cinéma ne projette ce film. Trop dérangeant ? Volonté d’ignorer le scandale des viols et des mutilations de millions de femmes ? Alors que chez nous les féministes se battent pour que dans la grammaire le masculin ne l’emporte plus sur le féminin ?
    Finalement il est projeté dans une grande église strasbourgeoise le lundi de Pâques.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!