Méditation pour l’Avent : Désir d’enfant – (2) Désir et conception (Ruth 3.6-14)

1208573_69660271C’est un quinqua célibataire. Il a son avenir derrière lui. Voilà des lustres que ses illusions se sont éteintes. Il n’attend plus la promise. Qu’importe ! Aujourd’hui, c’est jour de fête ! Le bilan de l’année est clos. Le chiffre d’affaire promet d’être confortable. Ça s’arrose ! Il a tout son temps, personne ne l’attend. Ce soir, il se couche heureux.

Et voilà qu’en pleine nuit, quelque chose le fait se réveiller en sursaut : quelqu’un est à ses côtés ! Une créature de rêve partage sa couche. La fête lui serait-elle montée à la tête ? Comment le descendant de l’homme de pulsion (Juda) va-t-il résister à cette descendante des incestueuses filles de Lot ?

Cette nuit-là Ruth joue son quitte ou double : « Prends-moi sous ton aile ». Soit elle se fait renvoyer comme une malpropre, soit elle se retrouve enceinte. Ou bien c’est le sordide, ou bien c’est le sublime. Booz se révèle être un homme de l’Avent. Au lieu de profiter de la situation, il va se donner le temps de faire les choses dans les règles. Au cours de cette nuit, dans la bourgade de Bethléem, un homme désire protéger la réputation d’une femme qu’il n’a pas « connu ». Le désir ne se conçoit pas dans la précipitation mais dans l’anticipation.

Ruth, la femme sans enfant ne retourne pas à vide chez sa belle-mère, la femme qui a perdu ses deux enfants (v.17). Deux femmes en mal d’enfant vont attendre que Booz accouche : « Attends ici, ma fille. Tu vas voir comment les choses vont finir. En effet, cet homme-là ne sera pas satisfait s’il ne règle pas cette affaire aujourd’hui. » Booz, en fait son affaire !

Contrairement à ses ancêtres, lui, le fils de la « femme de plaisir » (Mt 1.5) va maintenir le nom de ses femmes sans enfant en donnant au monde le grand-père d’un roi. Il entre ainsi dans la légende des siècles, son rêve est devenu notre réalité :

Et ce songe était tel, que Booz vit un chêne
Qui, sorti de son ventre, allait jusqu’au ciel bleu ;
Une race y montait comme une longue chaîne ;
Un roi chantait en bas, en haut mourait un dieu. (Victor Hugo)

Noël, c’est le désir de Pâques : la vie nous est donnée en cadeau !

 

 Autres méditations pour l’Avent :

Désir d’enfant – (1) Désir et pulsion (Genèse 38.6-19)

À propos Philippe De Pol

Philippe de Pol est pasteur de l’EEL de Deuil-la-Barre.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!