Petit conte de Noël théologiquement incorrect … quoique !

Méditation: Petit conte de Noël théologiquement incorrect...quoique!Un ange expérimenté vient d’être chargé de former un apprenti, un nouvel ange qui ne connaît pas grand-chose des merveilles du monde de Dieu. En disant monde, je ne parle pas de cette petite boule bleue virant de plus en plus au gris sale et que ses habitants appellent la Terre. Non ! Je parle de tout ce qui est… ineffable, indescriptible, inracontable, incommensurable, in… enfin, l’univers de Dieu, quoi !

Alors, l’ange moniteur – oui, là bas, ça se passe comme dans les auto-écoles terriennes, double commande, double rétro, moniteur… c’est que la moindre perturbation dans la création peut avoir des conséquences terribles. Alors donc, l’ange moniteur emmène son élève devant des galaxies belles, mais belles ! Avec des couleurs comme des billes de verre ! Et des tourbillons d’étoiles ! Et des soleils ! Tout ça à la vitesse de la lumière ! (enfin, je dis à la lumière pour parler terrien ; parce que chez nous, ou plutôt chez lui, Dieu, c’est sa lumière qui éclaire. Elle est partout, alors, elle ne se déplace pas ! La vitesse de la lumière, une drôle d’idée d’humain ça !)

Puis, le moniteur et sa recrue partent vers une galaxie peuplée de 500 milliards d’étoiles seulement. Un désert comparé au reste… Et là, en suspension à côté du soleil, le moniteur désigne une toute petite boule bleue, insignifiante, pivotant lentement sur son axe. Aux yeux du petit ange, elle parait aussi terne qu’une vieille balle de ping-pong. Il a encore en mémoire son parcours dans les immensités étonnamment colorées, remplies de la gloire du Seigneur. « Je veux que tu contemples cette planète-là, particulièrement. » dit le moniteur. « Pourquoi ? Elle me paraît petite et plutôt sale. Qu’est-ce qu’elle a de spécial ? » répond l’apprenti. L’ange supérieur lui révèle alors que c’est la célèbre « planète visitée » par le Fils. Il avait pris pour l’occasion la forme corporelle de ses habitants. Dieu les avait créés avec tant d’amour, mais ils le lui avaient bien mal rendu.

« Tu veux dire que notre grand et bon Prince est venu en personne sur cette boule de 6e zone ! Tu blagues ? » dit le petit ange perplexe. « Tu veux me faire croire qu’il s’est humilié jusqu’à devenir une de ces créatures rampantes et grouillantes qui peuplent cette planète ? »

« En effet ; et je ne crois pas qu’il apprécierait de t’entendre les traiter de créatures rampantes et grouillantes. Aussi étrange que cela puisse nous paraître, il les aime et il les a visitées pour mieux les ramener à lui sans sacrifier sa justice et sa sainteté. »

Le petit ange blêmit. Une telle pensée dépasse son entendement. Il reste un temps silencieux – son visage reflète une volonté farouche de percer ce mystère insondable. Brusquement, son regard s’illumine : « Mais alors, quel accueil ils ont du lui faire ! Le Roi des rois, le Seigneur des Seigneurs… Avec eux ! Chez eux ! En eux ! Déjà qu’on ne s’y habitue pas, alors eux !… » Mais un lourd silence lui répond. L’ange expérimenté qui en avait tant vu, lui met tendrement la main sur l’épaule.

 « Asseyons-nous un peu dans ce cratère de lune. Là, voilà !… que je te raconte tout ça. » Alors une drôle de pluie mouilla la terre. Les humains qui reçurent ses gouttes sur les lèvres auraient juré qu’elles étaient salées… La pluie, ce jour là, avait un goût de larmes et dans le ciel, il y eut un son étrange, un peu comme un gros sanglot retenu.

 

À propos Thierry Bulant

Thierry Bulant est pasteur de l'EEL d'Avignon

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!