« Que tous soient un… » : un appel de taille !

wcclogo_colour« Je ne prie pas seulement pour eux, je prie aussi pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi : que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi, qu’ils soient en nous eux aussi, afin que le monde croie que tu m’as envoyé. » (Jean 17.20-21 [TOB])

L’appel est de taille puisqu’il concerne toutes les générations de croyants. « Je ne prie pas seulement pour eux, je prie aussi pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi ». Et nous savons combien l’histoire de l’Eglise a été marquée par des divisions, voire même des guerres. Il faut bien avouer que jusqu’ici les croyants ne se sont pas montrés à la hauteur de l’appel du Christ. Dans sa grâce, malgré notre infidélité, le Seigneur a continué de bâtir son Eglise. Comme il poursuit son oeuvre en nous, malgré nos infidélités. Sans la grâce de Dieu, l’Eglise n’existerait plus…

L’exemple à suivre est de taille puisqu’il prend pour modèle rien moins que la relation du Père et du Fils ! « Que tous soient un comme toi, Père, tu es en moi et que je suis en toi… » Ici encore, nous sommes bien loin du modèle. La relation mystérieuse entre le Père et le Fils est marquée par l’amour et la pleine communion. Un amour que nous ne trouvons pas toujours dans notre regard sur les frères et soeurs croyants d’autres confessions. Quant à la pleine communion, nous en sommes loin, à l’évidence.

Enfin, l’enjeu est de taille puisqu’il en va de la pertinence de l’Evangile : « afin que le monde croie que tu m’as envoyé. » Il est évident que nos divisions sont un contre-témoignage à l’Evangile. Si nous affirmons qu’il y a un seul Dieu et qu’il s’est révélé en Jésus-Christ, comment tous ceux qui s’en réclament peuvent-ils encore vivre dans la division ?

Face à cette injonction du Christ, et en constatant combien aujourd’hui nous en sommes loin, nous pourrions nous décourager. Nos Eglises sont des institutions qu’il est bien difficile de faire évoluer. Mais là où nous pouvons travailler, c’est sur nous-mêmes. Travailler sur notre coeur, pour apprendre à aimer ceux qui vivent leur foi différemment de nous. Travailler sur notre regard, pour apprendre à regarder avec bienveillance celui qui comme nous confesse sa foi en Jésus-Christ. Prendre le temps de l’écoute, de la rencontre, de la prière ensemble. C’est d’abord là, dans la relation avec notre frère, notre soeur en Christ, que se vit l’Unité.l’UEEL

À propos Vincent Miéville

Vincent Miéville est pasteur de l’EEL de Toulouse et président de la commission synodale de l’UEEL.

Un commentaire

  1. Marc De Micheli

    On vient de vivre la semaine de prière pour l’unité des chrétiens. Comme chaque année ce fut l’occasion de rencontres étonnantes, enrichissantes et la découverte de frères en la foi au-delà de nos cercles habituels. Quel le Seigneurie nous aide à vivre cette unité plus d’une semaine par an !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!