Rencontrer le Ressuscité

Résurrection« Le soir de ce jour-là… alors que les portes de l’endroit où se trouvaient les disciples étaient fermées, par crainte des Juifs, Jésus vint ; debout au milieu d’eux, il leur dit : « Que la paix soit avec vous ! … comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie » (Jean 20. 19-23).

Ce soir-là, une peur légitime a poussé les disciples à s’enfermer, « par crainte des Juifs ». La mort pèse sur eux – celle de leur maître ; celle qui les menace eux aussi. Mort de leurs rêves, également. Les promesses de Jésus, le royaume qui s’installait sous leurs yeux… tout semble terminé. Comment ne pas rester figés, stupéfaits quand on est ainsi frappés par surprise ? Quand la catastrophe qu’on croyait réservée aux autres nous atteint, nous ? 

Les disciples se replient et se serrent, tétanisés. C’est à ce moment là, précisément, que Jésus vient. Jean rapporte trois manifestations de ce type. Pourtant le mystère reste entier. Face à la nuit de l’épreuve, de la fosse, de la perte, pas d’explications. Juste la présence, familière et étonnante en même temps, du Ressuscité. « La paix soit avec vous ».

Présence rassurante, car c’est bien lui, ses cicatrices le prouvent – et pourtant, il n’est pas juste un réanimé : le voilà blessé, mais vainqueur de la mort. Le voilà aussi qui les remet en route : « comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ». Pour être envoyés cependant, ils doivent d’abord être libérés de la peur : « si vous n’avalez pas votre mort et votre peur d’un seul coup, vous ne ferez jamais rien de bon », disait Thérèse d’Avila. La vue des blessures du Christ permet aux disciples d’avaler leur peur. « Elle libère les disciples de la peur et les remplit de joie », écrit T. Radcliffe.

Car ce Jésus qui se tient devant eux a été blessé, et tué. Parce qu’il a osé se rendre vulnérable, par amour. Mais il est ressuscité, il est vivant ! Voilà qui change tout. Les disciples peuvent maintenant courir le risque d’être blessés à leur tour, car ni les blessures ni la mort n’auront le dessus. Comme les disciples, nous sommes aussi en proie à des peurs. Mais le Christ ressuscité vient « ouvrir tout grand les portes et nous envoyer sur les chemins » (T. Radcliffe.) « Paix à vous », nous dit-il aussi, avant de nous envoyer prêcher le pardon et la réconciliation. Et c’est parce que nous sommes blessés de bien des manières que nous partageons ces paroles d’amour et de réconfort dont nous avons eu besoin nous-mêmes. Nous partageons la Parole qui a d’abord rendu la vie à nos propres ossements desséchés.

Jésus vient vers nous, dans la prière, par sa Parole. Cherchons cette rencontre avec le Ressuscité – et que sa vie transforme la nôtre, par le Saint Esprit.

À propos Sylvain Guiton

Sylvain Guiton est pasteur à l’EEL de Lyon.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!