« Renouvelle en moi un esprit bien disposé ! »

853821_21172259-sécheresseO Dieu ! crée en moi un coeur pur, Renouvelle en moi un esprit bien disposé.
Ne me rejette pas loin de ta face, Ne me retire pas ton esprit saint.
Rends-moi la joie de ton salut, Et qu’un esprit de bonne volonté me soutienne ! (Psaume 51 :11-13)

Pourquoi sombrons-nous parfois dans une sorte de sécheresse spirituelle ? Un corps fatigué, malade, souvent maltraité par le rythme de nos vies modernes est parfois à l’origine de notre fléchissement. Il influe bien plus que nous ne voulons l’admettre sur notre moral et nos dispositions intérieures. Une multitude de soucis, de préoccupations accumulant sur nous leur dose d’inquiétude, accaparant notre attention à l’excès peut également nous enlever notre paix d’enfant de Dieu. Et puis, comme ici dans ce Psaume 51, un péché non confessé peut produire, à force d’être refoulé, un épuisement spirituel intense.

La sécheresse de l’âme est comparable à une fosse dans laquelle un homme tombe et dont il n’arrive plus se sortir seul. Seul, il pouvait prévenir la chute, mais arrivé au fond du trou, l’absence de prises, les blessures éventuelles limitent la possibilité d’un retour à l’air libre. David était tombé tellement bas, depuis de si longs mois, qu’il ne trouvait plus en lui-même ce minimum de bonne volonté, d’esprit bien disposé, d’espérance pour revenir encore une fois dans la présence de son Dieu. Alors, prenant conscience de son état, le roi a fait la seule chose dont il était encore capable. Il s’est arrêté et a crié vers Dieu, le suppliant de lui redonner cette soif spirituelle si cruellement absente.

Il n’y a pas de changement possible sans un diagnostique clair, il n’y a pas de nouveau départ sans une demande d’aide expressément adressée à Dieu (et peut-être aussi à des amis bien choisis !) : « Renouvelle en moi un esprit bien disposé ! » Je ne sais si vous qui lisez ces quelques lignes, avez besoin d’adresser à Dieu une prière de repentance, ou de vous offrir des vacances (peut-être les deux !), mais ces temps d’arrêts et de regard vrai sur soi sont souvent indispensables pour repartir de l’avant et retrouver la joie perdue. Les effets positifs de la prière de David semblent d’ailleurs se faire sentir avant même la pose du point final si j’en juge les accents positifs qui colorent les dernières paroles du psaume. Alors n’attendons pas la fin de l’année pour prendre un nouveau départ, notre cœur n’a nul besoin de se synchroniser sur un calendrier humain. Il a juste besoin d’une rencontre véritable avec celui qui nous aime et qui tend toujours la main pour nous sortir des pièges de l’ennemi. La prière d’un cœur brisé est toujours un délice pour notre Père Céleste, elle est le départ obligé de tout renouvellement !

 

À propos Frédéric Sépari

Frédéric Sépari est pasteur de l'EEL de Lyon

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!