Sonde-moi, O Dieu !

candle

«Sonde-moi, ô Dieu, et connais mon cœur; éprouve-moi, et connais mes pensées ; regarde si je suis sur une mauvaise voie, et conduit-moi sur la voie de l’éternité. » (Psaume 139.23-24)

Voici une des prières les plus poignantes de toute la Bible. David demande à Dieu de fouiller au plus profond de son être. Pourquoi ? Avec humilité, il reconnaît que Dieu le connaît mieux que lui-même. Alors, il lui confie chaque pensée, chaque sentiment, chaque choix et chaque intention. « Seigneur, je t’ouvre mon cœur, cherche, examine, fais le tri, établis ton diagnostic. Je te fais confiance, dis-moi ce que je dois garder, ce qu’il me faut chercher, ce que je dois abandonner. ».

David était un homme avec ses faiblesses mais il avait une grande qualité : Son désir de Dieu était sincère tout comme l’était le regard sans complaisance qu’il portait sur lui-même. David était un homme selon le cœur de Dieu. Il ne portait pas de masque devant lui.

Et moi, aujourd’hui ? Oserai-je demander à Dieu de descendre jusque dans les zones reculées que je n’ose m’avouer ? Ai-je assez de foi pour lui dire : « Seigneur, vient dénicher et extirper de moi ce qui me conduit droit dans le mur. Puis, montre-moi la route à suivre. »

Trouverai-je la force de mettre genou en terre devant lui ? Le courage d’accepter ma vulnérabilité et de reconnaître mon besoin de lui ? C’est que David n’a pas simplement demandé à Dieu de jeter un coup d’œil rapide sur l’état de son cœur. Il a demandé à être rendu capable de vivre une vie qui honore Dieu. Cela signifie qu’il acceptait les mesures correctives quitte à ce que Dieu brise ses résistances les plus dures.

Ah Seigneur, viens au secours de ma foi, voilà ce que je te demande premièrement. Il est si facile de demander pardon pour de petites fautes au quotidien. Mais je sais bien que si tu viens y regarder d’un peu plus près, tu trouveras des choses à changer.
Mon péché, c’est ma détresse, ma bataille, ce qui me pèse et m’écrase parfois. Laisser le mal faire son nid en moi, c’est comme embrasser la mort et rejeter l’auteur et le sauveur de ma vie. Toi, Seigneur, tu es ce gentleman qui ne force aucun cœur, qui attend juste une invitation à y entrer.
Allez, finalement, viens Seigneur ! Sonde mes profondeurs, je m’ouvre à ta guérison. Change mon cœur, change ma vie.
Voici ma reddition, Seigneur, toi qui sais tout de moi, viens me ressusciter.

À propos Thierry Bulant

Thierry Bulant est pasteur de l'EEL d'Avignon

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!