Une question de perspective (Philippiens 1.12)

prisonVers 60 après JC, Paul, est emprisonné. L’infatigable routard de Dieu, illuminé du feu de l’Esprit toujours prêt à répandre dans le monde la bonne nouvelle du Christ, est immobilisé.  A-t-il connu le découragement ? Peut-être. Pourquoi Dieu permettait-il une telle situation? En est-ce fini de sa mission ? Mais non, écoutons ce que Paul écrit à ses amis de l’Église de Philippe : 
« Je veux que vous sachiez, frères et sœurs, que ce qui m’est arrivé a effectivement permis de faire avancer l’Evangile.  » (Philippiens 1.12)

La perspective de Paul manifeste sa maturité spirituelle. Il sert le Dieu de l’impossible et il sait que même au travers ses défaites apparentes, Dieu est toujours au travail. Si ce n’est pour lui, c’est pour le monde autour de lui. Est-il des obstacles sur sa route ? Paul y voit des opportunités. Pour lui, rien ne peut vraiment mettre l’annonce et l’expansion de l’Évangile en péril. C’est une déclaration de foi incroyable quand on y pense. Paul est convaincu que Dieu se fraye partout un chemin pour que se répande la bonne nouvelle.

Paul, constatant que sa situation n’évoluait pas, aurait pu mois après mois s’écrouler sur lui-même. Mais quand nous lisons les lettres qu’il a écrites depuis sa prison, nous ne trouvons aucune expression de plainte ou de désespoir. Au contraire, Paul y apparaît merveilleusement triomphant et confiant. Pourquoi? Sans doute parce que face au découragement possible, il s’accrochait à ce qu’il savait de Dieu, ce qu’il a appris sur Dieu et de Dieu.
Dans l’épreuve, Paul a mis sa foi en action.

Plus tôt dans son histoire, il avait écrit aux chrétiens romains : « Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, qui sont appelés selon ses plans ». Même quand l’heure n’était pas à la délivrance mais à l’endurance et au combat intérieur, il le croyait. Il le croyait vraiment! Avec foi, il admettait que même des événements qui lui étaient contraires préparaient le triomphe de Dieu sur le mal.

Les Philippiens, amis de Paul, attendaient impatiemment de ses nouvelles. Mais il ne leur dit pas grand-chose sur sa condition de prisonnier. Toute sa lettre pointe sur ce Dieu de Jésus-Christ, cet invincible qui accomplit sa volonté en toute circonstance. Ce Dieu invisible et pourtant son puissant soutien.

Pour un chrétien, rien de ce qui est destiné à le vaincre n‘apporte jamais la défaite. Apprenons à faire confiance aux voies et aux moyens que Dieu emprunte, même celles qui pourraient nous décourager. D’autres seront encouragés par notre confiance en Lui.

À propos Thierry Bulant

Thierry Bulant est pasteur de l'EEL d'Avignon

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

error: Content is protected !!